Gaga Stéphanois

Le gaga stéphanois des Enquêtes de Simon…

Dans Les Cocottes, et tout au long des tomes de la série, vous retrouverez le personnage d’Huguette, la Couramiaude (originaire de Saint-Chamond) qui a ouvert un bar restaurant à Paris et chez qui Simon vient se ressourcer et retrouver un peu de sa région natale en parlant gaga et en mangeant sa cuisine.

Plus qu’un argot, le Gaga stéphanois est un langage populaire parlé dans la région stéphanoise, presqu’un dialecte il vient de l’arpitan. Il est encore utilisé à Saint-Etienne par ses habitants de façon si naturelle que parfois ne savent même pas qu’il s’agit de gaga. La prononciation du gaga est particulière et s’articule avec des voyelles fermées là où en général partout ailleurs en France elle son ouvertes : « eu », « o ». Par contre les  « on » et les « an » sont nasalisés. Ainsi vous entendrez prononcer le mot « feuille » comme s’il y avait un accent circonflexe sur le « eu » et cela s’applique au son « o » de la même manière. Sans oublier que le stéphanois élude certaines voyelle ainsi un chéneau sera prononcée « ch’neau ».

« Bosseigne ce mâtru, y me fait tirer peine. Tous les matins je le vois par le cafuron, y part ramasser ses barabans et ses babets avec sa boge dans la forêt. C’est que sa mère elle fait trop la pampille cette gambelle. Elle est mieux douée pour aller au boit d’bout que pour aller à la luche. Et son coissou qu’est tout mâchuré et cafi de poux ! Moi j’t’en foutrais une cempote de coups de pied dans le derrière à celle-ci tiens ! Enfin, pas la peine de gongonner et de broger, la journée commence que et faut que je porte les gandouzes devant le portail avant que les gandous y passent. Suis ben bazut de me faire du mouron comme ça pour un galapiat comme lui ! Fouilla, ça me fout la lourde cette histoire ! En plus suis tellement à barreau que j’ai faillis m’oublier ! C’est que nous les Manuchards on boulique sans cesse, toujours à cacaçon sous les machines et on a du mérite on se met jamais en caisse. Ce qui me fait bien plaisir c’est la belle fricaude que je vais nous faire pour le souper. C’est que chez nous on pichorgne pas et on laisse pas des équevilles, on aime pas déprofiter. Y vont encore dire que je jabiasse et que je fais ma babielle mais je trouve que le Néné y fait son farmélan depuis qu’il est avec la Marie. La manière qu’elle est peton cette poutrasse, moi je pourrais pas y supporter !  C’est qui va s’en voir en la fréquantant. Après y viendra pas chounier comme un coissou !  »

A
Abistrogner : abîmer, déformer.
Ablagé : blessé, en mauvais état.
Aborgnon : dans l’obscurité.
Achatir : gâter trop un enfant ou quelqu’un.
Acheter un enfant : accoucher.
Achiné : amoureux.
Affiner : tromper par ruse.
Ambignon : nombril.
Anganche : une personne pénible, emmerdante.
Apéger : frapper, cogner fortement sur quelque chose ou quelqu’un.
Apéter pour pas de monde : attendre pour rien.
Appincher : espionner, surveiller, épier en se cachant.
Arpion : un orteil.

B
Bâ : un baiser que l’on demande aux enfants.
Bâbaud (babo) : avoir le cafard, le blues.
Badabeu : une personne un peu bête.
Badinguet : niais, attardé.
Ballouine : couteau pour tuer le cochon.
Bajasser : parler à tort et à travers.
Baraban : pissenlit.
Barboton : plat de pommes de terre et de légumes avec de la viande.
Barreaux (à) : s’épuiser.
Baronter : dire des bêtises, marmonner ou gronder (orage).
Batailler (me faire) : me faire souffrir.
Bayayet : simple d’esprit, idiot.
Bazeuil : débile, fou.
Bazut : idiot, fou, bête.
Belet : agneau, utilisé comme un mot tendre envers une autre personne.
Berchu : à qui il manque des dents, les enfants quand ils perdent leurs dents.
Bichette : voir « bosseigne ».
Bitor : saucisson.
Boit d’bout (boit debout) : bistrot, bar.
Bougeotte : ne pas rester en place.
Bosseigne : le pauvre, expression pour plaindre une personne.
Brave peu (un) : beaucoup.
Broger : broyer du noir, songer.
Bûgne : spécialité lyonnaise, petit beignet sucré frit dans l’huile pour Mardi Gras.

C
Cacotte (une) : spécialité stéphanoise, pâté brioché fourré à la crème pâtissière.
Cafi : plein de quelque chose.
Cafuron : petite lucarne sur un toit ou un mur.
Cagnasse : une paysanne.
Caillou : un cochon (animal).
Calancher : mourir.
Camphrer : frapper, tabasser, rentrer violemment dans quelque chose.
Canit : un bistrot, un café.
Canon : verre de vin, en général rouge.
Canou : chéri, chérie.
Carottes rouges : betteraves.
Cempote : petit tonneau d’environ 110 litres.
Claque-dent : qui dit des bêtises.
Coissou : le petit dernier de la famille.
Coufle : rassasié, estomac plein.
Courammiaude : qui vient de Saint-Chamond.
Courir la patentaine : multiplier les partenaires sexuels.
Courrater : faire la cour à plusieurs personnes à la fois.
Consulte (une) : une ordonnance du médecin.
Crézieu : lampe d’éclairage à feu sans protection ni sécurité que les mineurs utilisaient.
Cule : ivrogne, alcoolique.

D
Débarouller : tomber en roulant, d’un escalier par exemple.
Décubasser : courbaturer, avoir mal partout.
Dégoiser : dire des bêtises, parler pour ne rien dire.
Déj’ner : plutôt une façon de prononcer qu’un mot issu du Gaga ; déjeuner.
Dépenailler : débrailler.
Déprofiter : gaspiller.
Des fois : par hasard.
Donner la main : donner un coup de main.
Douée comme une putain pour faire ses Pâques : ne pas savoir faire.

E
Écorpelé : écorché, blessé avec du sang.
Émaselé : se faire mal, avoir une blessure.
Être de traviole : être de mauvaise humeur ou quelque chose qui est de travers.

F
Farmelan : prétentieux.
Fion : une méchante remarque.
Flique (se faire) : se faire ch…
Flûte : gros pain, équivalent de deux baguettes.
Fouilla : Ouh la la !
Fricaude : fricassée d’abats de porc.
Franc : très, beaucoup.

G
Gambelle : fille légère qui ne se soucie pas de sa vertu.
Gandolle : boîte en métal pour le déjeuner des mineurs, appelé aussi un gandot.
Gandous : éboueur.
Gandouze : décharge, poubelle.
Garagna : enfant qui fait des bêtises, qui chahute, petit voyou.
Gâté : un câlin.
Gnion : coup de poing.
Godiveaux : saucisse de porc à faire griller, chipolatas.
Gôgne : enflure, bosse sur le visage.
Gogonner : ronchonner.
Gouilla : flaque d’eau sale, boueuse, mare.
Gorgeon : verre de vin ou boisson alcoolisée.
Grattons : grillaton, morceaux de graisse de porc réduits à la poêle.
Guenille : une personne méprisable.

J
Jargille : qui ne tient pas en place, qui bouge beaucoup.
Japiller : parler pour rien dire.
Jabiasser : parler à tort et à travers.

L
Le pas de la Manu : marcher au rythme des travailleurs de la Manufacture d’armes de Saint-Étienne.
Liqueter : boire.
Lourde (avoir la) : avoir le tournis.
Luche (aller à la) : la mine ou aller au travail.
Luzerner : apparaître puis disparaître.

M
Mâchuré : le visage sale, mâchuré de confiture par exemple.
Mâcle (Le) : tristesse, mélancolie.
Manchonner : se battre, se bagarrer.
Manu (La) : usine de Manufrance (manufacture d’arme et de cycles stéphanoise).
Manuchard : qui travaille à Manufrance.
Marronner : râler, bougonner.
Matefaim : crêpe très épaisse cuite à la poêle avec un peu d’huile qui coupe la faim.
Mâtru (Matru, ou Matrue) : un petit enfant.
Ménnan : façon de prononcer avec l’accent le mot « maintenant ».
Minarat : mineur du Minaret de Saint-Étienne.
Milachien : idem miladzeu.
Miladiou : idem miladzeu.
Miladzeu : juron qui veut dire « mille Dieux » ou personne sans éducation.
Moulachique : personne sans énergie, molle.

N
Nan : façon de prononcer avec l’accent stéphanois le mot « non ».
Nian-nian : neuneu, nunuche, benêt.
Nom de Dzalle : juron, Nom de D…
Neuneue (avoir la) : être neurasthénique, déprimé.

O
Ouaiye (ou wouaye) : façon de prononcer avec l’accent stéphanois le mot « oui ».

P
Pagnot : mauvais garçon, voyou.
Pampille (faire la) : faire la fête.
Patentaine (courir) : voir plus haut
Passé un temps : il y a quelque temps.
Pétafiner : casser, détruire, se cogner, mais aussi tomber dans les pommes.
Peton : grognon, pointilleux, chipie.
Pillou : petit oiseau ou petit enfant.
Picassé de merde jaune : avoir des taches de rousseur.
Pichorgner : qui ne veux pas manger, qui rechigne.
Piquerle : concrétion au coin des yeux ; par extension mal voir.
Pitancher : se saouler.
Portion (une) : une tartine de quelque chose.
Pouascaille : du poisson.
Pourette : ciboulette
Poutrasse : femme trop maquillée ou trop habillée un peu vulgaire.
Prêter la main (ou donner) : donner un coup de main.

Q
Qu’est-ce t’en dis : comment vas-tu ?
Quiner : emprunté à quinarelle, geindre, miauler, pleurnicher, se plaindre.

R
Rabouret : rebondi, un peu gros en parlant du ventre par exemple.
Racines : carottes.
Ramasilles : restes.
Râpées : petites galettes de pomme de terre frites à l’huile et au beurre.
Rapetasser : coudre sans délicatesse, raccommoder.
Rogne aux coudes (avoir la) : être feignant.
Roupiane : vieilles robes abîmées.
Raze (une) : caniveau.

S
S’abouser : tomber par terre.
Saccaraud :personne brutale traitant les objets sans précaution.
Sampiane : femme qui ne tient pas sa maison proprement, négligée.
Sampiller : se salir.
Sarasson : fromage blanc vinaigré à base de babeurre que l’on déguste avec des pommes de terre vapeur. On l’utilise aussi pour préparer la cervelle de canut (qui n’est pas de la cervelle !)

T
Tâcher moyen : essayer.
Tarauder à sec : avoir soif.
Tateminette : trop minutieux, qui cherche toujours la petite bête.
Tabazut : un fou.
Tintouin : du bazar.
Tirer peine : se faire du souci, s’inquiéter.
Tombée sur un clou rouillé : être enceinte.
Tône (avoir la) : faire la gueule.
Tout trempe : tout mouillé.
Tout par un coup : Tout d’un coup.
Tournée de bile : avoir envie de vomir.

Retrouvez le catalogue des Éditions Ex Æquo

Les Enquêtes de Simon